Notre intérieur au fil du temps

By 16. juin, 2020 No Comments
Industrie du meubleTendance

Notre appartement est le reflet de nos préférences et de nos goûts personnels. Il est également révélateur de notre statut social et de notre standing. Pour certains d’entre nous, c’est un espace de retraite intime, pour d’autres, un signe extérieur de richesse ou un lieu d’épanouissement personnel. Cela fait certes longtemps que l’on vit sous un toit, mais la manière de le faire a considérablement évolué au fil du temps. Deux expositions, l’une à Weil am Rhein et l’autre à Zurich, retracent actuellement l’histoire riche et variée de nos intérieurs tout en illustrant la manière dont les changements sociétaux, politiques et techniques influent sur notre cadre de vie.

Occuper le moins d’espace possible dans le « Yojigen Poketto Apartment », le studio poche en quatre dimensions (2017) de elii [oficina de arquitectura].© elii [oficina de arquitectura], photo: Imagen Subliminal

Globalisée et puissante, l’industrie des médias s’intéresse aujourd’hui aux tendances qui existent en matière de mode de vie et d’intérieur et dont les magazines, blogs et autres émissions télévisées se font largement l’écho. L’habitat est certes un sujet à la mode, mais l’on peut déplorer l’absence dans notre société de débat de fond sur le sujet tel qu’on le menait encore durant les trente premières années du XXe siècle. Ceci n’a pas échappé à Mateo Kries, directeur du Vitra Design Museum de Weil am Rhein: entouré de son équipe, il a monté l’exposition « Home Stories: 100 Years, 20 Visionary Interiors » actuellement proposée au musée dans le but d’amorcer une réflexion professionnelle sur l’intérieur en tant qu’espace privé.

Plans inclinés comme paysage d’intérieur à la Maison Parent (1973/1974). © bpk/CNAC-MNAM; VG Bild-Kunst, Bonn 2020

Dans ce musée, les visiteurs sont transportés à travers l’histoire de nos intérieurs dont le récit s’appuie sur vingt études de cas emblématiques. Le voyage débute à l’époque actuelle pour remonter jusqu’aux années 1920. En chemin, on perçoit nettement l’influence que l’art, l’architecture ou la mode ont exercée sur l’agencement de nos lieux de vie ainsi que les effets des bouleversements sociétaux et politiques sur l’évolution de nos intérieurs. A titre d’exemple, l’exposition s’ouvre sur un «micro-appartement» contenant des meubles intégrés et modulaires – réponse judicieuse face à l’actuelle raréfaction de l’espace habitable en milieu urbain.

House of the Future, la maison du futur, vue par Alison et Peter Smithson (1956).© Daily Mail

Divers exemples datant des années 1960 à 1980 tels que la «Silver Factory» d’Andy Warhol, qui a suscité l’enthousiasme pour la «vie en loft», incarnent à la fois une rupture radicale avec la tradition et le plaisir d’expérimenter dans le domaine du design d’intérieur. Ou encore l’idée du « vivre à l’oblique » chère à Claude Parent qui bousculait les conventions en proposant dans son appartement des plans inclinés multifonctions pour s’asseoir, se coucher, travailler ou se restaurer.

Frontières mouvantes dans la Casa de Vidro, la maison de verre, de Lina Bo Bardi (1951). Photo: © Nelson Kon, 2002

L’exposition revient ensuite au tout début de l’après-guerre caractérisé entre autres par un style fonctionnaliste et des intérieurs futuristes, comme l’ont illustré Peter et Alison Smithson dans leur « House of the Future » lors de l’exposition Ideal Home qui s’est tenue à Londres en 1956. Autre thème de l’époque: la frontière mouvante entre l’intérieur et l’extérieur dont la célèbre Casa de Vidro de l’architecte brésilienne Lina Bo Bardi est un parfait exemple.

L’exposition s’achève sur les origines de l’intérieur moderne qu’elle situe dans les concepts d’aménagement des années 1920 et 1930. Il régnait à cette époque un débat animé qui oscillait entre fonctionnalité et réduction, d’une part, et individualité et ornementation, d’autre part.

Ameublement: Dans les années 1930, le Werkbund Suisse définit le type d’ameublement nécessaire dans le cadre du « befreites Wohnen » ou habitat libéré © ZHdK, photo: Umberto Romito et Ivan Suta, Museum für Gestaltung Zürich

Si vous êtes curieux de savoir comment les designers et les producteurs suisses se représentaient nos intérieurs au XXe siècle, rendez-vous à l’exposition de la collection «Habitat Idéal» au Museum für Gestaltung de Zurich, le musée du design de Zurich. Sept pièces témoins meublées de créations originales provenant de la riche collection du musée y présentent les tendances majeures du design de mobilier suisse à l’ère moderne, dont la découverte de l’acier tubulaire dans les années 1930. Les meubles créés par les architectes suisses Max Ernst Haefeli, Werner Max Moser, Flora et Rudolf Steiger ou par Le Corbusier étaient des pièces emblématiques de leur époque. On pouvait se les procurer, entre autres, chez Wohnbedarf, magasin de meubles fondé dans les années 1930 et toujours en activité, présent à Bâle et à Zurich.

En 1952, le Werkbund Suisse décerne pour la première fois le prix « Die gute Form » qui définit la forme comme l’expression de la synthèse entre la matière, la fabrication et la fonction de l’objet utile. © ZHdK, photo: Umberto Romito et Ivan Suta, Museum für Gestaltung Zürich

Dans les années 1960, le Pop Art et la culture populaire du quotidien font leur apparition dans les espaces de vie suisses, montrant à quel point certaines conventions bien établies étaient dépassées. En lançant sa campagne « Chair fun » en 1967, le Werkbund suisse, qui réunit créateurs et créatrices, appelle à une « révolte pop contre les principes de la forme utile ». Son objectif est de démontrer « qu’une chaise peut être non seulement un siège, mais aussi une manière de s’asseoir ». « La forme ouverte» se substitue alors à «la bonne forme » ou « forme utile ». Après un détour par le postmodernisme qui privilégiait la couleur, la décoration et le mélange des styles, l’exposition s’achève sur la redécouverte du minimalisme à la fin du siècle dernier.

La question de notre mode de vie et d’habitation demeure d’actualité. Ces deux expositions nous livrent un aperçu de son évolution assorti de pistes de réflexion pour l’avenir

Pop: Dans les années 1960, les progrès réalisés dans le domaine de la plasturgie permettent de réaliser des formes caractérisées par la fluidité des couleurs. © ZHdK, photo: Umberto Romito et Ivan Suta, Museum für Gestaltung Zürich

L’exposition « Home Stories: 100 Years, 20 Visionary Interiors » se tient actuellement au Vitra Design Museum jusqu’au 28 février 2021.

L’exposition « Habitat Idéal » se déroule au Museum für Gestaltung de Zurich au site de l’Ausstellungsstrasse.

Newsletter