Covid-19: quelles conséquences pour l’industrie du meuble? Quelques réflexions de représentants de l’industrie et du commerce

By 20. août, 2020 No Comments
Industrie du meubleEntreprise
Ateliers de fabrication de Thut Möbel à Buchs, Zurich. Photo: © Thut Möbel AG

Le 11 mai, après deux mois de confinement, le commerce de détail suisse a été autorisé à rouvrir ses portes. Nous avons demandé aux fabricants et aux distributeurs de mobilier comment ils ont vécu cette période d’exception. Le fabricant de meubles Thut Möbel, le concepteur de solutions d’assise Dietiker et le détaillant Livique évoquent ici les défis et les opportunités liés à la crise du coronavirus.

Fait bonne impression au bureau comme à la maison: l’armoire à outils signée Thut Möbel. Photo: © Thut Möbel AG

Jürg Scheidegger, ventes et marketing, Thut Möbel AG

1. La crise du coronavirus a-t-elle impacté votre entreprise et, si oui, dans quelle mesure?

Jusqu’à présent, les répercussions ont été moins graves que prévu. Pendant le confinement et la fermeture des magasins de nos détaillants spécialisés, les ventes ont certes beaucoup baissé avant de redémarrer par la suite. Ce n’est toutefois pas cette année que l’on rattrapera le manque à gagner.

2. Quel a été le plus grand défi à relever?

Organiser le travail à temps partiel et planifier les ressources nécessaires à la fabrication sans sous-estimer la mise en œuvre des règles d’hygiène et l’unité de doctrine qui y est liée au sein de l’entreprise.

3. Cette situation exceptionnelle a-t-elle débouché sur de nouveaux projets ou de nouvelles perspectives?

Notre boutique en ligne designobjekt.ch, que nous exploitons avec six autres fabricants et nos revendeurs spécialisés, a vu ses ventes légèrement progresser, ce qui a, en même temps, dégagé des ressources qui nous ont permis d’accélérer la mise en œuvre d’innovations techniques. Nos revendeurs spécialisés peuvent désormais intégrer cette boutique à leur site web.

4. Quelles tendances observez-vous actuellement dans le marché de l’ameublement et de l’aménagement intérieur?

Après une brève reprise de la demande post-confinement, il y a des signes qui tendent à prouver l’importance croissante accordée au chez-soi. La tendance déjà connue au cocooning est en nette reprise. L’espace consacré au télétravail à domicile devient lui aussi de plus en plus important, ce qui va influer sur les besoins en mobilier adéquat. La demande en produits issus de fabricants nationaux pourrait bien, elle aussi, augmenter.

Siège de l’entreprise Dietiker AG à Stein am Rhein. Photo: © Dietiker AG

Thomas Kummer, PDG de Dietiker AG

1. La crise du coronavirus a-t-elle impacté votre entreprise et, si oui, dans quelle mesure?

Nous avons assisté à un fléchissement relativement rapide des activités dans la branche. Notre force de vente a eu de la peine à tenir les délais externes. Cette phase est encore d’actualité dans certaines régions, du moins en partie. Les commandes ont aussi bien sûr baissé chez nous, et nous avons dû mettre nos salariés au chômage technique, ce qui est encore le cas actuellement, mais dans une moindre mesure.

2. Quel a été le plus grand défi à relever?

Nous avons tout de suite essayé de minimiser les contacts en interne et d’observer les règles de distanciation sociale. Nous avons mené une campagne d’information intensive auprès du personnel. A l’atelier, nous avons divisé les équipes et immédiatement mis en quarantaine les collaborateurs présentant des symptômes de la Covid. Nous sommes soulagés de n’avoir eu aucun cas positif jusqu’à présent. La rupture parfois prolongée des chaînes logistiques a également perturbé l’exécution des commandes pendant un certain temps.

3. Cette situation exceptionnelle a-t-elle débouché sur de nouveaux projets ou de nouvelles perspectives?

Depuis le mois de mars, nous avons nettement mis l’accent sur nos projets de développement et réussi à redresser le niveau des commandes grâce à quelques campagnes d’offres spéciales. Bien entendu, nous avons également resserré le contrôle des coûts pour pallier la baisse du chiffre d’affaires. Avec de nouveaux produits, nous allons pouvoir reprendre nos activités du bon pied dans un contexte post-Covid. Ce que nous avons trouvé de très positif, c’est la façon dont nos collaborateurs ont réagi face à cette situation exceptionnelle. Les mesures que nous avons prises continuent de bénéficier d’une grande compréhension et le soutien mutuel qui règne dans tous les secteurs de l’entreprise force le respect.

Ce que nous avons trouvé de très positif, c’est la façon dont nos collaborateurs ont réagi face à cette situation exceptionnelle. Les mesures que nous avons prises continuent de bénéficier d’une grande compréhension et le soutien mutuel qui règne dans tous les secteurs de l’entreprise force le respect.

Dernière en date: la collection Felber Outdoor de Dietiker AG. Photo: © Dietiker AG

4. Quelles tendances observez-vous actuellement dans le marché de l’ameublement et de l’aménagement intérieur?

On remarque toujours une nette réticence à investir, en particulier dans les activités de projet. Les commandes déjà en cours d’exécution sont mises en attente. Si la situation se stabilise, nous pensons qu’il y aura une certaine reprise de la demande en 2021.

A notre avis, le marché va en partie s’orienter vers des segments à produits moins chers, tendance qui risque encore de s’aggraver à l’avenir face à la concurrence de produits issus d’autres pays européens.

Embellir son intérieur: un aperçu de la gamme Livique. Photo: © Livique

Oliver Roth, PDG de Livique

1. La crise du coronavirus a-t-elle impacté votre entreprise et, si oui, dans quelle mesure?

On a eu deux mois de confinement pendant lesquels la totalité des succursales Livique et Lumimart sont restées fermées. Depuis la réouverture, le Canton a mis en place des restrictions telles que le port du masque obligatoire.

2. Quel a été le plus grand défi à relever?

Continuer à faire du conseil client malgré le confinement et à exécuter les commandes des clients dans le respect des mesures de précaution. Par ailleurs, nous avons dû mettre en place de nouveaux canaux de communication pour rester en contact avec nos employés qui travaillaient dans les supermarchés Coop ou qui étaient au chômage technique afin de les tenir régulièrement informés.

3. Cette situation exceptionnelle a-t-elle débouché sur de nouveaux projets ou de nouvelles perspectives?

Avant et pendant le confinement, il y a eu d’innombrables opportunités qui se sont présentées et dont nous avons profité et continuerons de profiter. Nous avons été très actifs durant toutes les phases.

4. Quelles tendances observez-vous actuellement dans le marché de l’ameublement et de l’aménagement intérieur?

Nous constatons une reprise de la demande post- confinement et, en général, un besoin accru d’articles d’aménagement. Le chez-soi a gagné en importance et les consommateurs ressentent le besoin de changer de mobilier ou d’embellir leur intérieur.

La crise du coronavirus fait l’effet d’un accélérateur de tendances: le développement du commerce en ligne a fait un bond et même les idées qui avaient déjà du succès avant la crise évoluent à pas de géant.

Newsletter