Comment bien éclairer son intérieur

By 19. novembre, 2020 No Comments
Möbelschweiz

Les jours raccourcissent à vue d’œil et le besoin de lumière dans nos intérieurs se fait de plus en plus ressentir. Nous dépendons de la lumière artificielle, surtout pendant les mois les plus sombres de l’année. Elle nous permet non seulement de maintenir nos rythmes biologiques en phase, mais également de nous sentir bien et en sécurité chez nous.

Photo: © Stückholz

Cependant, choisir le bon éclairage est une question qui dépasse nombre d’entre nous. Il existe un grand choix de luminaires et tout autant de facteurs à prendre en compte, tels que l’efficacité énergétique, le rendu des couleurs et la température de couleur. Pour réussir son éclairage, il faut beaucoup de temps et un concept bien adapté au type de logement, aux différentes pièces et aux personnes qui y vivent. La première étape consiste par conséquent à définir l’usage prévu: lecture, travail concentré ou détente? Il arrive souvent qu’une seule et même pièce ait différentes destinations. Un seul luminaire peut difficilement y répondre, c’est pourquoi il est souhaitable de combiner différents types d’illumination pour créer différentes ambiances lumineuses:

  • un éclairage principal pour illuminer l’ensemble de la pièce. Il sert à s’orienter – par exemple dans les couloirs ou dans les escaliers tout en offrant la luminosité nécessaire.
  • une lumière d’ambiance chaude et tamisée pour créer une atmosphère chaleureuse et accueillante.
  • une lumière de travail pour éclairer certaines zones de manière ciblée, telles que le bureau ou le plan de travail de la cuisine. Elle ne doit ni éblouir ni créer d’ombres.
  • un éclairage d’accentuation tel qu’une lampe de table ou une lampe décorative pour attirer les regards.
Photo: © Stückholz

Bien marier les sources lumineuses est certes essentiel, mais créer un savant jeu d’ombre et de lumière resp. alterner les zones claires et obscures l’est tout autant. Une pièce éclairée par une lumière diffuse sans ombres et d’une seule teinte paraîtra terne. Un contraste clair-obscur trop marqué et les ombres dures qui fatiguent les yeux seront perçus comme désagréables et gênants. En revanche, le bon équilibre entre ombre et lumière permet de donner vie à des pièces en soulignant le modelé des objets et en mettant surfaces et détails en valeur.

Lorsque le projet d’éclairage est prêt, reste encore à bien choisir ses lampes. Trop énergivores, les lampes à incandescence ont été, il y a quelques années, interdites à la vente en Suisse et en Europe, entre autres pays. Comme elles assurent une répartition spectrale de la lumière qui est uniforme comme celle de la lumière naturelle, la lumière qu’elles diffusent est perçue comme particulièrement agréable. Aujourd’hui, ce sont surtout les LED que l’on utilise suite à la disparition des lampes halogènes des rayons. Les LED offrent une bonne qualité de lumière et sont particulièrement économes grâce à leur longévité et leur faible consommation en énergie. Autre avantage des LED, elles fournissent une lumière brillante et instantanée. Les autres lampes basse consommation mettent souvent un peu plus de temps à atteindre leur luminosité maximale.

Photo: © Stückholz

Pour choisir la bonne lampe, on tiendra compte, entre autres, des critères suivants:

  • Température de couleur: exprimée en kelvins, elle décrit la couleur de la lumière qui déterminera l’ambiance générale d’une pièce. On distingue la lumière blanche chaude (jusqu’à 3 300 K), la lumière blanche neutre (jusqu’à 5 300 K) de la lumière blanche naturelle (> 5 300 K). Alors que la lumière blanche chaude est perçue comme chaleureuse et la lumière blanche neutre comme énergisante, la lumière blanche naturelle stimule la concentration et la productivité, ce qui la rend propice à prévenir la fatigue sur le lieu de travail.
  • Rendu des couleurs: L’indice de rendu des couleurs (Ra ou RCI) indique la fidélité avec laquelle les couleurs du milieu ambiant sont restituées. Cette valeur est importante lorsqu’il s’agit d’illuminer le lieu de travail, la cuisine, des photos ou des tableaux. Plus la valeur Ra est élevée, plus le rendu des couleurs se rapproche du naturel. Dans les logements, la valeur Ra ne doit pas être inférieure à 80. Pour obtenir une restitution fidèle des couleurs, on choisira des lampes dont l’indice de rendu des couleurs sera d’au moins 90. Alors que les lampes à incandescence et halogènes atteignent la valeur maximale de 100 Ra, les lampes à LED peuvent aller jusqu’à 95 Ra.
Photo: © Stückholz

Il est certes souvent difficile de dire ce qui fait un éclairage de qualité mais cela se ressent. Son influence est, en effet, triple. Dans sa fonction visuelle, il assure une lumière conforme aux normes et agréable. En tant que créateur d’ambiance, l’éclairage souligne l’architecture et influence notre perception émotionnelle. Enfin, la lumière influe sur notre organisme et peut avoir un effet stimulant ou apaisant.

Newsletter